La marque de joaillerie Akillis a présenté sa nouvelle collection Python mardi 23 juin 2015 à l’Éléphant Paname, en présence de personnalités, parmi lesquelles Djibril Cissé, Brahim Zaibat et Rayane Bensetti (Danse avec les Stars), Sophie Tapie (The Voice), le comédien Jean-Philippe Ricci (Mafiosa), la comédienne Emmanuelle Boidron (Navaro), l’auteur et interprète Frédéric Lerner et l’humoriste Tony Saint-Laurent. Allez nous vous en disons un peu plus…

Les pythons s’enlacent

Grâce à cette nouvelle collection, AKILLIS renoue avec ses premières amours et puise dans l’histoire séduction et de caractère à la beauté ensorcelante, qui selon la légende portait des pythons enlacés autour de ses poignets. A l’antipode des traditionnels bijoux égyptiens, la créatrice n’a voulu garder du python que son essence la plus simplifiée : ses écailles. Avec les crocs acérés de son imagination au mordant sans limite, la marque française nous propose sa vision revisitée du reptile, à mi-chemin entre animalité précieuse et carapace futuriste.

Akillis2

Le graphisme alterne écailles géométriques et formes plus rondes suggérant l’ondulation du serpent, exultant ainsi toute la sensualité et le mystère se dégageant de l’animal à sang froid. antique et ses mythes. Caroline GASPARD s’est inspirée de Cléopâtre, reine d’Egypte, femme de pouvoir…

Contrastes et ambivalences…

Mais comme à l’accoutumée, la marque aime cultiver les contrastes et les ambivalences. En effet, bien que cette nouvelle collection soit une véritable ode à la féminité orientale, le dessin des écailles ainsi imbriquées n’est pas sans rappeler les armures des guerriers antiques chères à l’étymologie de la marque.

Akillis5

Tout comme les pythons royaux, les écailles en or et en  diamants viennent s’enrouler autour des poignets et des doigts de la belle qui les porte. Cette collection sort de son écrin pour nous charmer en dansant sur les oreilles et autour du cou, grâce à ses écailles articulées qui ondulent sur la peau. La collection tout simplement baptisée python souffle le chaud au travers de nuances d’or jaune et rose mais aussi le froid grâce à son or blanc pavé de diamants.

L’or et la bête

Comme toujours AKILLIS met le savoir-faire des plus grands artisans français au service de sa créativité. En effet, Caroline Gaspard a voulu rendre encore plus réaliste l’aspect peau de serpent, en estampillant en relief dans l’or le tracé de la peau de python.

Akillis3

Cette impression en relief prend un coté très rock en faisant ressortir à l’extrême la trame de la peau du reptile. Avec cette nouvelle collection la jeune maison française montre une fois de plus sa capacité à muer, à se renouveler et à sans cesse réinventer la joaillerie en livrant ici sa propre réinterprétation d’un classique du genre. Nul doute que ce serpent futuriste va vous charmer et que vous n’hésiterez plus à offrir vos bras à la morsure de cette nouvelle collection Python.

 – Les Parisiennes – Suivez-nous sur notre FanPage FacebookInstagram et Twitter